EPIC, l'association citoyenne

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, novembre 18 2007

Pique-niques équilibrés et sans déchets : rêve ou réalité ?

Dans les pique-niques en grand groupe (classe, animation sportive…), on constate généralement une surenchère dans la production de déchets, un lieu souillé par les papiers par terre (« mais c’est pas moi ! »), et une absence de tri sélectif (au mieux tous les déchets sont mis dans un sac poubelle et jeté).

Quelles améliorations peut-on apporter ? Partir du principe que rien ne sera jeté sur place et que chacun doit ramener ses déchets chez lui (principe du pollueur payeur).

Pour limiter la production de déchets : Utiliser de la vaisselle en plastique lavable. Préparer une salade composée ou des sandwiches emballés dans des boites en plastique. Transvaser les aliments emballés dans des boites en plastique (chips par exemples) Utiliser une gourde ou une bouteille réutilisable, avec de préférence de l’eau du robinet. Préférer un fruit de saison à une compote.

Quelques notions de diététique : Pourquoi un pique-nique ne serait-il pas a peu près équilibré. Penser à mettre au moins deux portions de fruits et légumes prêtes à consommer (ex : tomate coupée et poire en quartiers). Préférer le poisson à la viande pour la ration de protéine (par ex : thon ou surimi) Les associer à une portion de glucides : (riz, pâtes, quinoa, semoule…)

Faites part de vos idées en insérant des commentaires. A consulter :

mardi, mai 22 2007

Gros succès de l’opération « Toutes Pompes Dehors 2007 »

Association EPIC de Château-Thébaud

Bonjour à tous Je me permets de vous dresser un rapide bilan de l'opération "Toutes Pompes Dehors 2007" de l'association ONCO Plein Air, relayée localement par l’association EPIC (Engagement Participatif aux Idées Citoyennes) pour la quatrième année consécutive. La collecte, stockée dans le garage de la Maison Paroissiale, a concerné les deux écoles de Château-Thébaud, ainsi que le collège Cacault de Clisson pour un total de 350 kg environ ( en baisse par rapport à 2006 mais l’école de Saint Fiacre a été point de collecte autonome cette année).

La collecte totale s'est élevée cette année à plus de 41 tonnes (nouveau record). Je vous transmets les félicitations du responsable de l'organisation, Jean Pierre FERRAN. La remise du chèque de plus de 15 000 EUROS sera faite fin mai. Je rappelle que l’intégralité de cette somme est utilisée pour financer des séjours de plein air pour les enfants du CHU de Nantes suite à des traitements lourds (liés au cancer ou aux leucémies).

Je remercie toutes les forces vives qui ont su s'unir localement pour que cette opération de bon sens soit un succès : les deux écoles de Chateau-Thébaud sans qui les collectes seraient plus compliquées, l'école de Saint Fiacre qui est devenu point de collecte (ce qui allège le travail à Château-Thébaud) la Paroisse de CT, qui nous prête son garage pour le stockage l'Amicale Laïque de CT qui communique en interne sur l’opération et les nombreuses personnes qui ont aidé à faire que cette synergie soit possible.

Si vous connaissez d'autres partenaires locaux qui veulent se joindre à nous pour les prochaines éditions, n'hésitez pas à m'en faire part afin de développer davantage cette opération qui ne coûte rien et rend service.

Ce rassemblement de forces vives est une donnée essentielle de l'association Engagement Participatif aux Idées Citoyennes (E.P.I.C). Nous avons à plusieurs reprises fonctionné sur ce mode ; par exemple, nos actions dans le domaine des déchets, du tri sélectif existent depuis la création de l'association (en 2003). Si vous avez un projet à développer (culturel ,sportif, écologique…),si vous voulez donner votre avis sur les dossier en cours ou en projet, vous serez les bienvenus.

Encore merci à tous pour votre coopération et pour votre part de solidarité dans le processus de guérison des enfants malades. Rendez vous en 2008 pour une nouvelle collecte. N’hésitez pas à venez renforcer notre équipe dans cette opération.

Pour l’association EPIC, le Président, Loïc Guiffan Contact : 02 40 06 58 61 Mail : assoepic@free.fr

P.S : la Mairie de Château-Thébaud n’a pas souhaité s’associer à cette opération et a choisi de ne pas publier le bilan 2006 (fourni par EPIC en juillet 2006) dans la revue municipale.

vendredi, mai 18 2007

POUBELLE : UNE FACTURE QUI DERANGE

EPIC poubelles 4 mai 2007 Compte rendu sommaire de la réunion

Suite à la consultation de la population castelthébaldaise organisée par EPIC sur la question des déchets le 20 mars 2007 et qui a regroupé plusieurs dizaines de personnes, nous avons contacté la Communauté de Commune de Sèvre Maine et Goulaine pour rencontrer l’un des responsable de ce dossier. M. Lecoq, Président de la commission déchets à la Communauté de Commune, nous a aussitôt rappelé pour convenir d’un rendez-vous qui a eu lieu le 4 mai 2007. Assisté de sa secrétaire spécialisée dans ce domaine, M. Lecoq a échangé avec nous pendant environ 3 heures sur les questions que nous avons posées.

Tout d’abord, nous avons regretté que deux événements non liés au départ arrivent en même temps : l’effort de tri demandé et l’augmentation du coût pour la plupart des familles. Personne n’a remis en cause la nécessité de faire un effort de tri et tout le monde s’accorde à limiter le coût de traitement des déchets. C’est autour de ces deux points essentiels qu’à porté notre échange.

Voici les principaux points :

1 : le choix de sortir la taxe des ordures ménagères de la Taxe Foncière, nous semblait avantager les familles à forte taxe foncière et désavantager les familles aux logements plus modestes (et donc aux revenus aussi ?). Ce choix politique nous semblait discutable. M.Lecoq confirme ce choix politique pour responsabiliser les gens sur leur volume de déchets. Il indique que beaucoup de propriétaires payent une TF bien inférieure à ce qu’ils devraient payer (ils ont souvent omis de déclarer les travaux de rénovation en Mairie et aux impôts). Nous demandons si une alternative pouvait être de réajuster les TF des logements concernés. Il nous affirme qu’aucun de nos dirigeants politiques ne veut donner d’ordres en ce sens.

2 : Nous avons soulevé une incohérence concernant la facturation et le choix de la taille du container. En effet, avec le container fourni, une famille de 5 qui produit 240L de déchets par mois paye 50 euros de plus qu’une famille de 2 qui produit la même quantité (et qui donc trie moins). M. Lecoq reconnaît cette incohérence et réfléchit à des solutions. Deux pistes sont envisagées : la première est de mettre une part fixe indépendant de la taille des container ; la deuxième est la possibilité pour une famille qui sort sa poubelle peu souvent (1 fois par mois par exemple) de lui fournir une poubelle plus petite pour la récompenser de ses efforts de tri.

3 : Nous avons demandé s’il était possible de ne faire passer le camion qu’une semaine sur deux (compte tenu des efforts de tri, un passage par semaine n’est sans doute plus nécessaire). Dans cette situation, il nous semble que les économies sont importantes. M.Lecoq confirme que cette solution est intéressante mais qu’elle se heurte à un problème législatif. Le préfet doit être saisi pour donner une dérogation (il n’y en a eu qu’une pour l’instant). M.Lecoq estime qu’il faut fournir un dossier très complet et donc qu’il faut attendre des chiffres stabilisés pour faire cette demande.

4 : Nous demandons pourquoi la collectivité doit payer les mises en épave des voitures des particuliers. En fait le coût est essentiellement administratif (déplacement d’un salarié pour vérifier les numéros de chassis, saisir les documents administratifs…). La Communauté de commune ne veut pas facturer ceci aux particuliers. Nous maintenons qu’il serait préférable que les particuliers fassent évacuer leurs épaves directement auprès de professionnels (ce qui ne coûte rien à la collectivité). La communication sur la « gratuité » de cette prestation nous semble discutable.

5 : Demande d’information sur les coûts et tonnages, les évolutions. M.Lecoq est arrivé avec des photocopie de nombreux documents intéressants qu’il a pu nous donner. Il avait dit sa volonté que nous accédions aux documents dont nous aurions besoin pour notre réflexion ; ses actes ont confirmé ses propos.

6 : Nous avons pointé le manque d’information sur le tri sélectif. Nous demandons qu’une communication plus ambitieuse soit faite. Parmi les personnes présentes (relativement informées du tri), nous avons fait émerger des différences en quelques secondes sur des objets tels que papier de couleur, enveloppes… Nous demandons que le site internet de la Communauté de Commune (dont nous soulignons la pauvreté en général) puisse accueillir un forum dédié à cette question. On pourrait demander si tel objet peut être recyclé ou non avec une liste mise à jour régulièrement. M. Lecoq nous affirme que le recrutement d’un professionnel de l’informatique est imminente et qu’il prends note de cette bonne idée.

7 : Nous faisons part à M.Lecoq de nombreux problèmes de brûlages polluants qui nous ont été signalés ( plastiques dans des cheminées, mais aussi déchets verts non secs). Nous insistons sur les problèmes sur la santé pour les gens qui sont à proximité des flammes et des fumées toxiques, ainsi que sur l’impact négatif sur l’environnement. M. Lecoq n’avait que peu d’information sur ce sujet et en prends note.

8 : Nous signalons que beaucoup de poubelles ne sont pas positionnées correctement par les particuliers (la poignée doit être tournée côté rue pour être accessible aux éboueurs) et que de nombreux couvercles ne sont pas fermés à cause d’un surplus d’ordure (parfois un sac supplémentaire est posé sur la poubelle). Il a été remarqué aussi l’absence de sacs pour certains déchets. D’autre part, les éboueurs laissent parfois le poubelles un peu en travers des passages pour voiture ou trop près de la rue. Un effort réciproque nous semble nécessaire ; un rappel de ces règles semblerait utile. M. Lecoq prends note.

9 : Nous demandons des précisions concernant la possibilité d’avoir des sacs anti-odeurs pour les déchets sensibles (couches, fruits de mer, poisson…). M. Lecoq nous explique le projet en cours d’étude. Le principe consiste à acheter des sacs spéciaux. Dans ce cas, le tarif comprends le coût du sac et de son élimination. C’est à dire que ce sac ne doit pas être mis dans la poubelle mais également qu’il peut être ramassé même si la poubelle n’est pas sortie. Si ce sac est vendu à un prix raisonnable (ce que M. Lecoq nous a affirmé) nous pensons que cette solution peut être très utile.

Nous avons abordé de nombreux autres sujets : politique d’élimination des déchets (recyclage, incinération et enfouissement, avenir et coût énorme des déchetteries (la réflexion de M.Lecoq autour de déchetterie ambulante via des camions bennes nous paraît d’un intérêt majeur)…

Nous sommes sortis rassurés de cette réunion pour diverses raisons : M. Lecoq et son équipe font un réel travail de fond sur ce dossier sensible et impopulaire, ils sont ouverts aux échanges sans a priori. Même si des choix politiques sont nécessaires, ils sont conscients, argumentés et justifiés. Les personnes présentes ont compris pourquoi leur facture de déchets pouvaient augmenter malgré les efforts de tri. Notre association reste mobilisée sur ce dossier et accepte encore de nouveaux membres dans sa commission déchets.

LG